Gillian Anderson en a fini avec les contraintes vestimentaires, en tous cas avec les soutiens-gorges. Alors qu’elle répondait à des questions sur son compte Instagram ce mardi 13 juillet, l’actrice a confié avoir cessé de porter des soutien-gorge, trop “inconfortables”.

Le confinement aurait-il été une révélation pour Gillian Anderson ? L’actrice culte a révélé en marge d’une séance de questions réponses avec des fans ce mardi 13 juillet avoir arrêté de porter des soutiens-gorges, avançant qu’ils étaient “trop inconfortables.” Sur son compte Instagram, l’interprète de Dana Scully se prête au jeu des anecdotes, de la nourriture britannique qui lui manque le plus à l’étranger à sa tenue de confinement favorite. Comme beaucoup, l’actrice a usé et usé des pantalons de jogging confortables pendant les périodes d’isolement social, et Gillian Anderson avoue avoir pris goût à être à l’aise dans ses vêtements. “Ma tenue de prédilection pour le confinement ? Probablement la même que celle de ma sortie de confinement”, s’esclaffe-t-elle. “Je veux dire, je suis tellement fainéante, et puis je ne porte plus de soutien-gorge, je ne peux plus en porter.

Toujours en riant, et devançant les critiques, l’interprète de Margaret Thatcher poursuit : “Je ne peux plus porter de soutien-gorge désormais. Je suis désolée, mais je me fiche que ma poitrine atteigne mon nombril si je ne porte pas de soutien-gorge, je n’en porterai plus. C’est vraiment trop inconfortable !” Le confort et le bien-être avant tout, c’est le credo de l’actrice de Sex Education. Et la tenue idéale de confinement ? Pour Gillian Anderson, c’est “un pantalon confort, de survêtement, noir, et un sweat à capuche assorti. Si je pouvais, je porterais cette tenue tous les jours.” assure-t-elle.

Sans soutien-gorge, vers un corps libéré

https://www.instagram.com/p/CRPrrERlKou/

A post shared by Gillian Anderson (@gilliana)

L’actrice poursuit ainsi son combat pour une libération des femmes, et de leurs corps, quel que soit leur âge. Un combat qu’elle avait déjà entamé, en 2017, en s’exprimant très ouvertement sur le passage difficile qu’avait été son entrée dans la ménopause, et le manque d’informations auquel elle avait été confrontée. Elle avait appelé à ce qu’on considère la périménopause et la ménopause “comme des rites de passage. Sinon célébrés, du moins acceptés, reconnus et honorés.

Crédits photos : NBC / Backgrid UK via Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet