Alors que Gérard Louvin est accusé par son neveu, Olivier A., de complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant, la sœur du producteur, qui soutient son fils, a fait part de ses regrets dans les colonnes du Monde.

A propos de

  1. Gérard Louvin

L’affaire Kouchner-Duhamel a agi sur lui comme un “électrochoc“. Le 8 janvier dernier, à la veille de ses 48 ans, Olivier A. a déposé plainte contre son oncle, le producteur de télévision Gérard Louvin, pour “complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant”, et contre le mari de ce dernier, Daniel Moyne, pour “viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant”, et “corruption de mineurs”. Dans les colonnes du Monde, la mère du plaignant, qui se dit “brisé”, a fait part de sa colère.

C’est au milieu des années 2000 qu’Olivier A. se confie pour la première fois sur les viols qu’il dit avoir subis. Mais à l’époque, sa mère est victime d’un blocage psychologique : je ne voulais pas y croire. Je n’associais pas l’idée de mon frère, que j’admirais, et celle d’un pédophile (…) Et, comme Olivier ne m’en parlait plus, ça m’arrangeait sûrement”, regrette-t-elle. Et celle qui travaillait alors aux côtés de Gérard Louvin de poursuivre son propos : “Je m’en veux parce que le jour où mon fils m’a dit ça, je n’aurais jamais dû retourner au boulot, j’aurais dû lui casser la gueule”.

Gérard Louvin et Daniel Moyne nient en bloc et crient au chantage

Daniel Moyne, qui comme son époux, reste présumé innocent, “nie évidemment les accusations en bloc“, a fait savoir son avocate, Céline Berkerman, à nos confrères du Monde. Contacté par le quotidien, l’avocat de Gérard Louvin, Me Christophe Ayela, souligne que son client “a toujours été proche, en très bonne entente, avec son neveu, et Daniel également”. Le producteur se dit par ailleurs “sidéré de voir qu’il est sous le coup de menaces”, évoquant “un chantage permanent à l’argent” de la part de son neveu.

Pour les avocats du couple,ces calomnies sont le fruit d’un ignoble chantage portant sur la somme extravagante de 750 000 euros dont ils sont victimes depuis plusieurs semaines et auquel ils ont légitimement refusé de céder. Ils promettent d’ailleurs que “l’innocence” de leurs clients “sera établie” : “Ces accusations mensongères ne resteront pas impunies“.

Communiqué de presse .Merci à tous les soutiens de mes amis et pour les autres , attention à la diffamation sans rien savoir .merci ! pic.twitter.com/LPthzgPPhi

Crédits photos : BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet