Au micro de RTL, ce mercredi 6 octobre, Bruno Le Maire s’est exprimé au sujet d’Éric Zemmour, qui prend beaucoup de place dans les médias depuis plusieurs semaines.

Ce mercredi 6 octobre, Bruno Le Maire était l’invité de RTL Matin. L’occasion pour le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance de parler d’Éric Zemmour, qui grimpe dans les sondages concernant l’élection présidentielle de 2022. Au micro de nos confrères, l’homme politique a assuré que le polémiste ne fait pas peur, ni à lui, ni au gouvernement et encore moins à Emmanuel Macron. « Il met un certain nombre de sujets sur la table », a-t-il toutefois affirmé, en estimant qu’il faut y répondre, dans le cadre d’un échange apaisé.

« Ce serait idiot de les balayer d’un revers de la main », a-t-il déclaré, en mettant en lumière néanmoins les « propos parfois outranciers«  d’Éric Zemmour, parfois même « clairement révisionnistes ». Afin de creuser un peu plus ses divergences avec celui qui semble se présenter comme le principal rival de Marine Le Pen, Bruno Le Maire a lancé, cash : « Il est pour Pétain, moi je suis pour De Gaulle. Vous voyez ? Ce n’est pas exactement la même vision de notre Histoire. » L’ancien député en a également profité pour évoquer les inexactitudes véhiculées par le chroniqueur de 63 ans : « L’entendre dire que Vichy a protégé les Juifs français, alors que Vichy les a condamnés et a durci les propositions qui étaient faites par le régime allemand, à l’époque, est profondément révoltant ! »

💬 "Eric Zemmour ne nous fait pas peur", @BrunoLeMaire dans #RTLMatin avec Yves Calvi. "Il est pour Pétain, je suis pour de Gaulle, pas exactement la même vision de notre Histoire" pic.twitter.com/A5ud3FnzAg

Un homme politique qui fait confiance aux Français

« Mais il faut le dire avec beaucoup de calme, beaucoup de sérénité, beaucoup de force », a ajouté Bruno Le Maire, qui préfère patienter jusqu’à l’élection présidentielle plutôt que de donner plus de place à Éric Zemmour, comme il l’a expliqué face à Yves Calvi : « On verra, à la fin, ce que les Français choisiront. » Pas très inquiet vis-à-vis du polémiste, pourtant omniprésent dans le débat public, il a assuré : « Moi, je n’ai pas trop de doutes, parce que j’ai toujours fait confiance à la lucidité des Français et à leur intelligence politique. »

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran RTL

Autour de

Source: Lire L’Article Complet