Giflé lors de sa visite dans la Drôme, Emmanuel Macron peut compter sur le soutien de son épouse Brigitte Macron, présente à ses côtés lors de ce déplacement.

L’image marque déjà un tournant dans cette pré-campagne. Lancé dans une tournée du pays pour renouer le contact avec ses concitoyens (et préparer la présidentielle de 2022), Emmanuel Macron a été giflé par un homme lors d’un déplacement mardi à Tain-l’Hermitage (Drôme). La vidéo de l’incident, qui s’est produit à la sortie d’un lycée hôtelier, est déjà sur les réseaux sociaux : on y voit le président s’approcher de spectateurs maintenus derrière des barrières, avant de serrer la main à homme qui décroche une gifle avant d’être maîtrisé. Ce dernier, interpellé par les forces de l’ordre, aurait lancé un slogan royaliste.

Un incident qui n’a pas empêché Emmanuel Macron de poursuivre sa visite. Arrivé un peu plus tard au Bistrot des Clercs (Valence), pour déjeuner avec des restaurateurs (dont Thierry Marx), le président était accompagné de la cheffe Anne-Sophie Pic mais surtout de Brigitte Macron, qui a sans nul doute su trouver les mots pour son époux après l’incident. Car le chef de l’Etat, concentré sur sa mission, n’est pas apparu perturbé : “Il faut profiter de la réouverture des salles de restaurant le 9 juin pour d’avantage promouvoir l’alimentation française“, a-t-il lancé en préambule au déjeuner, tandis que son entourage a rassuré : “Tout roule, la séquence continue. C’est une tentative de coups sur le président, deux secondes plus tard il a continué le serrage de mains.”

#Macron se fait gifler en direct de #Tain pic.twitter.com/tsXdByo22U

Les réactions de la classe politique

La classe politique a vite condamné ces violences envers le président. “La démocratie c’est le débat, le dialogue, c’est la confrontation, l’expression de désaccords légitimes, mais ça ne peut en aucun cas être la violence, l’agression verbale et encore moins l’agression physique“, a rappelé Jean Castex. Marine Le Pen, Xavier Bertrand ou encore Jean-Luc Mélenchon ont également soutenu le président.

Depuis, cette scène de violence a également fait ressurgir d’anciennes réactions politiques. Car en 2019, un ministre avait lâché cette remarque sur Emmanuel Macron et ceux qui osent le trahir autour de lui : Quand on le gifle, il répond par l’indifférence. Il veut rappeler qu’avoir des échanges en direct avec le président de la République est un privilège dont il ne faut pas abuser.”

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet