Alors qu’elle sera prochainement à l’affiche du film Les Segpa, Emma Smet a accepté de se confier dans le nouveau numéro de Paris Match, en kiosque ce jeudi 14 avril. La fille d’Estelle Lefébure et David Hallyday, qui a été déçue plusieurs fois, a livré son astuce pour « éviter les faux amis. »

Du haut de ses 24 ans, Emma Smet semble déjà incroyablement mature. Actuellement sur les planches pour Le jeu de la vérité, pièce dans laquelle elle joue au côté d’un autre « fils de », la jeune femme sera bientôt à l’affiche du film Les Segpa. À l’occasion de cette actualité riche, la fille d’Estelle Lefébure et David Hallyday a accepté de se confier, dans les colonnes du nouveau numéro de Paris Match, à découvrir ce jeudi 14 avril en kiosque. Au cours de cet entretien, celle qui fait partie d’une famille d’artistes, tous plus talentueux les uns que les autres, a une nouvelle fois expliqué que son patronyme n’avait pas toujours été simple à porter.

Durant sa scolarité par exemple, « il lui est arrivé d’être victime de trahison et de harcèlement. » Si bien qu’elle a imaginé une astuce pour se protéger : « J’ai été souvent trahie. Sur Facebook, j’inversais les lettres de mon nom de famille, pour éviter les faux amis« , a avoué Emma Smet dans les pages de Paris Match. Ainsi, son nom de famille devenait « Tems », et à la croire, cela lui évitait bien des ennuis… En 2020, auprès de Télé Poche, la petite-fille de Johnny Hallyday avait déjà expliqué que cet héritage familial imposant avait eu des conséquences malheureuses sur sa vie enfant : « J’ai changé cinq fois d’école dont une fois parce que j’avais été harcelée en raison de mon pedigree« , expliquait-elle à l’époque.

>> PHOTOS – Emma et Ilona Smet : les deux soeurs ont bien changé

https://www.instagram.com/p/B1JEnoEopIo/

A post shared by 𝙀𝙢𝙢𝙖 𝙎𝙢𝙚✟ (@emma__smet)

Comment elle se protège des réseaux sociaux

Au fil des années, Emma Smet a, à son tour, acquis une certaine notoriété. Présente sur les planches, mais également à la télévision dans Demain nous appartient, la comédienne est également très active sur les réseaux sociaux. Sur Instagram par exemple, où elle compte plus de 320.000 abonnés, la soeur d’Ilona Smet a dû apprendre à surmonter les critiques : « Ils (les réseaux sociaux, ndlr) sont importants pour le travail mais ils peuvent être aussi très néfastes. J’essaie de ne pas faire attention aux messages haineux« , a-t-elle expliqué dans les colonnes de Nous Deux. Ses parents lui ont d’ailleurs appris à ne pas porter d’intérêt « aux critiques non constructives » en raison de son patronyme. « Comme j’ai vécu les choses avec eux, j’ai compris sans qu’on m’explique ce qu’il fallait faire et ne pas faire pour garder une vie privée la plus simple possible », a-t-elle confié.

Crédits photos : BEST IMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet