Lors de ses auditions, Cédric Jubillar a toujours maintenu ne pas s’être disputé avec sa femme Delphine, disparue depuis le 16 décembre 2020. Elle aurait simplement “pété les plombs” selon son mari.

Il était persuadé qu’elle allait revenir. Dans un article paru le 24 août, nos collègues du Parisien révèlent le contenu des diverses auditions de Cédric Jubillar auprès des enquêteurs chargés de retrouver sa femme, Delphine Jubillar, disparue le 15 décembre 2020. Il soutient s’être aperçu de l’absence de sa femme en pleine nuit, “réveillé par les pleurs de sa fille“, selon nos confrères. C’est après avoir découvert que les chiens de la famille se trouvaient à l’extérieur que le jeune homme se met à chercher Delphine Jubillar, “dans toute la maison“, et autour de leur domicile.

Car d’abord, le peintre en bâtiment pense que la jeune femme est partie sortir les chiens : il affirme même, lors de sa seconde audition, une semaine après la disparition, qu’elle a l’habitude de le faire “le soir surtout“, “vers 23 heures ou minuit“, et seule. Version qui rentre en contradiction avec plusieurs témoignages de voisinages et d’amis, qui eux affirment qu’elle “ne sortait quasiment jamais promener les chiens, et surtout pas la nuit.”

Cédric Jubillar pensait que Delphine “allait revenir”

Lors de sa toute première audition, les enquêteurs commencent à questionner le mari sur l’éventualité d’une relation adultérine de sa femme. Il n’est même pas en mesure d’affirmer que Delphine Jubillar aurait quelqu’un d’autre dans sa vie : “Je n’ai pas de preuve. Elle téléphone en cachette, elle a changé ses codes donc on peut supposer qu’elle me cache des choses.”, se contentera-t-il de déclarer. Une semaine plus tard, il en est sûr : sa femme a juste “pété les plombs“. Il affirme être persuadé “qu’elle était partie et qu’elle allait revenir“. Il va même jusqu’à sous-entendre qu’elle aurait pu partir faire le djihad.

Ils sont alors en instance de séparation, et les relations parfois tendues entre les conjoints, Cédric Jubillar reconnaîtra des “accrochages entre eux“, mais jamais de violences. Le 30 avril, alors que cette fois, c’est par des juges d’instruction qu’il est interrogé, Cédric Jubillar revient sur la soirée du 15 décembre : “une soirée convenable, cool“. Pourtant, c’est son fils même qui aurait rapporté l’avoir entendu dire à Delphine Jubillar : “alors puisqu’on se dispute, on va se séparer“. Mais il reste campé sur sa position, jusqu’à son placement en garde à vue. “Je peux vous assurer que je ne suis pas sorti, il n’y a pas eu de prise de tête avec Delphine ce soir-là, on ne s’est pas disputés ce soir-là “, assène-t-il aux enquêteurs. Cédric Jubillar est toujours placé en détention, à l’isolement, depuis le 18 juin, et est en attente du verdict de la cour d’appel sur sa demande de remise en liberté, déposée par ses avocats le 25 août.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet