Trois semaines après le nouveau confinement promulgué par Emmanuel Macron, les enfants de maternelle et primaire sont sur le point de reprendre l’école le 26 mai 2021. L’occasion de s’intéresser aux mesures sanitaires imposées dans les classes dans moins d’une semaine.

Restez informée

Une rentrée scolaire pas comme les autres. Tout comme les soixante-sept millions de Français confinés pour la troisième fois depuis mars 2020, les enfants scolarisés, eux aussi, ont eu leur lot de chamboulement. En effet, si l’année passée a été marquée par l’école à domicile pendant près de deux mois, ce troisième confinement a tenté de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Pour éviter les inégalités parmi les douze millions d’élèves en France, Emmanuel Macron a tranché : les vacances de printemps seront nationales, en dépit des zones découpées habituellement, et se termineront le 26 avril 2021. Cependant, si le président de la République s’apprête à lever les restrictions de déplacement et anticiper la réouverture des bars et restaurants, les écoles, elles, auront de sérieux protocoles à mettre en place.

Un million de tests salivaires distribués dans les écoles

Pour commencer, le gouvernement va fournir un million de tests salivaires par semaine dès le 26 avril 2021. L’objectif du gouvernement étant de les déployer le plus largement possible sur le territoire et prioritairement dans la vingtaine de départements les plus touchés de France, comme l’a révélé BFMTV. L’État devrait aussi fournir deux autotests par semaine aux personnels des écoles ainsi qu’un autotest par semaine aux lycéens de plus de quinze ans. Selon LCI, des tests salivaires devraient aussi être utilisés dans les écoles primaires et collèges.

Comment devront agir les enseignants en cas de cas contact dans leur classe ? La règle reste la même que celle instaurée l’année passée. Dès lors qu’un enfant est déclaré malade dans une classe, toute la classe concernée sera priée de fermer jusqu’à nouvel ordre. Les autres élèves de la classe seront donc considérés comme “cas contacts”. Faudra-t-il faire une distinction entre les différents variants ? Selon les dernières règles évoquées par l’Education Nationale, si le variant brésilien ou le variant sud-africain était détecté, un seul cas suffirait à fermer la classe. Ce qui n’était pas le cas pour le variant britannique, où trois cas étaient nécessaires.

Source: Lire L’Article Complet