Dans un rapport publié lundi 26 avril 2020 sur son site internet, l’Institut Pasteur partage ses projections concernant l’évolution possible de l’épidémie jusqu’à l’été “en considérant différentes hypothèses sur l’impact des mesures actuelles de freinage, le rythme de levée des mesures de contrôle et de la vaccination.”

  • Emmanuel Macron

Alors que les Français font face à un troisième confinement pour contrer la propagation de la Covid-19 dans l’Hexagone, le gouvernement promet – déjà – un assouplissement des mesures dès le mois de mai, évoquant un possible déconfinement territorialisé. Vendredi 30 avril 2020, le président de la République Emmanuel Macron prendra d’ailleurs la parole pour détailler le calendrier d’une sortie “progressive” du confinement, comme l’a annoncé mercredi 28 avril le Premier ministre Jean Castex. “Il s’agit de nous projeter vers la sortie de crise, mais une sortie de crise progressive”, a ainsi expliqué Jean Castex après le traditionnel conseil des ministres. En parallèle, de nombreux médecins et autres professionnels de santé tente d’avertir qu’un déconfinement trop vite et trop tôt pourrait bien s’avérer contre-productif. L’Institut Pasteur a notamment mis en ligne ses projections datées du lundi 26 avril pour évaluer comment pourrait évoluer l’épidémie en France les prochains mois, d’ici l’été 2021, et ce, “en considérant différentes hypothèses sur l’impact des mesures actuelles de freinage, le rythme de levée des mesures de contrôle et de la vaccination.”

“Une remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai”

Si l’on se fie à l’hypothèse “de référence” selon laquelle le variant britannique, “est 60 % plus transmissible que la souche historique”, il ne faudrait donc pas forcément se réjouir d’une levée trop rapide des mesures de restriction mise en place pour freiner la propagation du coronavirus (et de ses variants). Aussi, si l’Institut Pasteur reste extrêmement prudent sur les différents scénarios dessinés et précise qu’il ne s’agit pas de “prévisions”, il en résulte qu’une “levée plus progressive de ces mesures pourrait permettre de décaler la reprise à un moment où la campagne de vaccination aura progressé, diminuant d’autant l’intensité de cette reprise.” A contrario, “une remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai, même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination”, peut-on lire sur le site de l’Institut Pasteur.

Source: Lire L’Article Complet