Charlotte Casiraghi est une princesse des temps modernes. La fille de Caroline de Monaco mène sa vie tambour battant entre ses deux enfants et ses nombreuses autres activités qui la passionnent : l’équitation, la mode, la production, mais également la philosophie. Libération a consacré un portrait à la jolie brune de 34 ans où l’on en apprend plus sur sa personnalité …

Charlotte Casiraghi

Caroline de Monaco

Charlotte Casiraghi a toujours été considérée comme l’un des “joyaux” du Rocher monégasque. Il faut dire que la fille de la princesse Caroline de Monaco a depuis toujours attiré tous les regards avec son profil altier de madone. Même si Charlotte Casiraghi ne porte pas officiellement le titre de “princesse” dévolu à son illustre maman, elle représente parfaitement son ascendance fascinante et élégante, entre respect des traditions et choix modernes. Avec pour grand-mère l’actrice iconique Grace Kelly, la belle Charlotte a de qui tenir en matière de distinction et de raffinement. Mais la nièce de Stéphanie de Monaco ne se contente pas de son illustre lignée et prend sa vie en main avec passion. Maman de deux enfants, Raphaël, 7 ans, né de sa relation avec Gad Elmaleh, et Balthazar, 2 ans, né de ses amours avec Dimitri Rassam, elle n’en demeure pas moins une femme très active.

Elle révélait l’an dernier avoir fait un choix : celui de reprendre ses études de philosophie. « Je viens de reprendre mes études de philosophie, ce qui, à 33 ans et avec deux petits garçons, est déjà assez costaud ! », confiait-elle à ce propos à Monaco matin. Libération ce 5 avril, consacre un portrait inédit à Charlotte Casiraghi, et l’un de ses proches se confie sur une facette méconue de sa personnalité.

“La peur de rater”

Passionnée de philosophie, la jolie maman âgée de 34 ans maintenant, est toujours restée proche de son professeur de philosophie de terminale, Robert Maggiori. En 2015 elle a même fondé à ses côtés et avec les philosophes Joseph Cohen et Raphaël Zagury-Orly, Les rencontres philosophiques de Monaco. Ce dernier connaît Charlotte par coeur, et n’a pas hésité à confier quelques traits de sa personnalité à Libération : “Élève, elle était brillante mais très timide et pleine de la peur de rater. Aujourd’hui, elle m’impressionne, parce qu’elle est ultra-cultivée, avec une soif de savoir constante, mais elle a aussi une grande compréhension des situations comme des gens, forte d’outils qui relèvent de la psychanalyse”.

Il assure néanmoins que la petite-fille du prince Rainier peut aussi se montrer “vulnérable” comme il l’explique : Une vulnérabilité demeure, elle est facilement blessable“. Le philosophe affirme que cette sensiblité est liée aux drames qu’elle a vécus et aux épreuves qu’elle a dû surmonter, comme la mort tragique de son père, Stefano Casiraghi, lorsqu’elle avait quatre ans.

Source: Lire L’Article Complet