Catherine Laborde a décidé de se livrer à cœur ouvert. L’ancienne présentatrice météo a parlé de sa lutte contre la démence à corps de Lewy dans une interview accordée à Télé Star.

  • Catherine Laborde

Catherine Laborde mène un lourd combat contre la maladie de Parkinson et la démence à corps de Lewy depuis plusieurs années. Et l’ancienne présentatrice météo ne se le cache pas, elle souffre. L’ex-star du PAF a récemment fait part de son état de santé lors d’une interview dans le cadre de l’émission Sept à Huit. Normalement, on dit toujours : ‘Je vais bien, merci’ parce que c’est automatique. Mais dans cette question, il n’y a pas d’automatisme. Et quand vous me demandez si je vais bien, je vous dirais que :oui, quelques fois, et quelques fois, ça ne va pas très bien’ ,avait-t-elle confié. Et si la sœur de Françoise Laborde peut compter sur un soutien, c’est bien celui de ses filles. “Mes filles me forcent à aller marcher dans la rue avec elles. Il y a quelques mois, je pouvais me promener seule. Aujourd’hui, je le pourrais encore, mais j’ai trop peur de tomber, la rue est un milieu hostile pour moi”, avait-elle lancé. Malheureusement, la maladie semble gagner du terrain. À tel point que Catherine Laborde maîtrise difficilement ses faits et gestes.

Catherine Laborde parle de sa maladie

Catherine Laborde a décidé de se livrer à cœur ouvert concernant son état de santé. La présentatrice a expliqué à Télé Star qu’elle devient de plus en plus dépendante de ses proches. “Je ne sors pas seule. Je trébuche beaucoup. Mais avec Thomas ou mes filles, oui. Thomas me pousse à sortir, à voir des amis, à avoir une vie sociale”, a-t-elle confié avant d’évoquer l’accompagnement de son mari dans son combat. Il m’aide (…) Thomas accepte ces fluctuations que m’impose la maladie, avec par moments de grandes envolées sentimentales et tout à coup, tout qui se défait de manière inexorable”, a-t-elle lancé. Et l’épouse de Thomas Star n’est pas du type à baisser les bras. En effet, la sexagénaire, n’hésite pas à se porter candidate pour des essais cliniques.On atténue bien les effets de Parkinson. Mais il n’y a pas beaucoup de traitements… Et j’ai participé à un test clinique sans savoir si j’ai reçu un placebo ou le vrai traitement” a-t-elle déclaré. Espérons que ces essais portent bientôt leurs fruits !

Source: Lire L’Article Complet