Brigitte Macron a fait une sortie remarquée ce mercredi 25 août pour son premier déplacement de rentrée. La Première dame a été aperçue au Festival du Film Francophone d’Angoulême dans un but bien précis.

Une femme engagée. A peine rentrée du Fort de Brégançon où elle a passé une partie de l’été avec son époux, Brigitte Macron est déjà de retour sur le terrain. La Première dame a été aperçue à Angoulême ce mercredi 25 août 2021, à l’occasion de la 14ème édition du Festival du Film Francophone, pour la projection du film CE2, de Jacques Doillon. Un long-métrage qui traite du harcèlement et de la violence entre jeunes enfants. L’épouse du président de la République, vêtue d’une veste de tailleur blanche et d’un pantalon noir avec escarpins sombres, a été applaudie et maintes fois photographiée par une foule de badauds à sa sortie du cinéma. Elle a par la suite participé à une table ronde sur le thème de “l’enfant en danger” avec une partie de l’équipe du film, des magistrats et des gendarmes au tribunal d’Angoulême.

Le harcèlement scolaire un sujet cher à la Première dame dont elle a fait une priorité. Depuis juin 2017, Brigitte Macron a reçu de nombreux courriers sur le thème du harcèlement scolaire et cyberharcèlement à l’Elysée. Pour lutter contre ce fléau, elle a effectué de nombreux déplacements en France et à l’étranger pour échanger avec des élèves et professionnels, afin de mobiliser le plus grand nombre. En novembre dernier, Brigitte Macron intervenait même devant l’UNESCO sur ce sujet crucial.

Brigitte Macron déjà confrontée au harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire, un dossier que la Première dame connaît bien. Quand elle enseignait à Amiens, Brigitte Macron a déjà été confrontée à cet épineux problème. “J’ai été professeure. J’ai eu affaire très souvent dans ma vie à des enfants qui étaient harcelés, mais aussi à des élèves harceleurs. C’est donc un problème que je connais” avait-elle souligné au micro de RTL en novembre 2018. Avec une méthode bien à elle, elle a tenté de libérer la parole.

Au micro de C à vous, elle avait expliqué comment elle profitait d’une heure de vie de classe pour tenter de déceler si certains élèves étaient harcelés au sein de son établissement. “Je ne prenais pas les filles et les garçons ensemble et la parole se libérait. Quand elle ne se libérait pas c’est à ce moment-là que je voyais quand un enfant était gêné, s’empêchait de parler”. Puis en tête-à-tête, elle essayait de briser la glace. Brigitte Macron s’occupait également de discuter directement avec le harceleur, car “à partir du moment où il est identifié, souvent il se calme”, selon elle.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet