Audrey Fleurot s’illustrera bientôt dans la nouvelle création de TF1 intitulée "HPI". La comédienne s’est glissée dans la peau d’une jeune maman pas comme les autres… Une femme qui lui ressemble comme elle l’a confié dans Télé 7 Jours.

A post shared by Télé 7 Jours (@tele7jours)

Le baby blues d’Audrey Fleurot

Peu après la naissance de Lou, Audrey Fleurot a été envahie par les idées noires.

Une expérience qu’elle avait racontée dans le Huffington Post en 2018: “Il se trouve que moi, après avoir énormément désiré mon fils, j’ai fait ce qu’on appelle un gros baby blues”

Dans le tourbillon de sa carrière, la jolie rousse n’a pas tout à fait savourer sa grossesse et à mis du temps à réaliser qu’elle était devenue maman. 

Je n’ai pas eu le temps de me regarder le ventre. Neuf mois, c’est le temps que ça prend pour se faire à l’idée. Et comme je n’ai pas eu le temps d’en profiter, je pense que ça m’a pris les neuf mois qui ont suivi”, expliquait-elle.

  • Audrey Fleurot se révèle "vraiment laide" avec "20 kg de plus…"

    Si elle semble pouvoir séduire la planète avec son sourire diamant et sa plastique incendiaire, la flamboyante et ravissante Audrey Fleurot n'a pas toujours été bien dans sa peau. Adolescente, elle se considérait même comme un vilain petit canard…

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

“Si on m’avait dit plus tôt que ce n’était pas de ma faute, que c’était un coup des hormones, que je n’y pouvais rien et qu’il fallait que je prenne un traitement pour me recadrer, j’aurais perdu moins de temps”, avait ensuite conclu Audrey Fleurot, afin de libérer la parole sur la dépression post-partum.

Source: Lire L’Article Complet