A 22 ans, Alessandra Sublet a décroché son premier boulot dans les médias aux Etats-Unis. Une expérience qui a tourné court (seulement cinq mois) à cause d’une incroyable mésaventure vécue à la douane américaine.

Alessandra Sublet

Est-ce que tous les coups sont permis pour réussir ? Ce sujet, digne d’un oral blanc de philosophie, mériterait thèse, antithèse et synthèse, mais ceux qui ont voulu mettre toutes les chances de leur côté vous répondront en majorité par l’affirmation. Dans sa jeunesse, Alessandra Sublet était également partisane de cette théorie. La preuve, le 26 mai dernier, avec une anecdote révélée par Paris Match. “Pour être embauchée chez MTV, à New York, elle bidonne son CV, va jusqu’à se faire une fausse carte de sécurité sociale…”, peut-on lire dans les pages de l’hebdomadaire. Résultat : “Elle est rapatriée de force vers Paris à cause de son infraction culottée”. Cela ne l’a cependant pas arrêtée : “De retour en France, elle appelle toutes les sociétés de production parisiennes pendant des mois pour obtenir un casting et transforme le classique Alexandra en Alessandra afin de marquer les esprits”. Elle finit par être embauchée à Radio Nova en 2000. Mardi 8 juin, invitée d’Anne Roumanoff à l’antenne d’Europe 1, Alessandra Sublet a livré sa version de cette étrange histoire.

Virée, expulsée, menottée

Jeune femme, celle qui n’est pas encore animatrice garde des enfants du côté de Saint-Barthélemy. Une famille, qui l’apprécie, lui propose de devenir fille au pair à New York. La mère de famille fait ensuite jouer ses relations pour présenter Alessandra Sublet au directeur des programmes de MTV aux Etats-Unis. A la recherche d’un stage, elle assure au patron de sa future boîte qu’elle est inscrite à l’université à New York, alors que c’est faux. “Du coup, je vais m’inscrire à l’université et j’ai pu faire ce stage”, souligne-t-elle. Une expérience qui a tourné court : cinq mois, seulement, avant de se “faire virer”, alors qu’elle a 22 ans.

La faute à une fausse carte de sécurité sociale qu’Alessandra Sublet s’était achetée pour “recevoir les chèques des petits boulots”. “Et un jour, je n’ai pas eu de chance, je suis à la douane et ma fausse carte glisse du passeport et la douanière s’aperçoit tout de suite que c’est une fausse carte de sécurité sociale. Là, ça ne rigole pas, elle appelle la sécurité, qui me met illico presto dans le prochain avion pour la France, menottée, se souvient l’animatrice. “A ce moment-là, je perds tout : l’amoureux, l’appartement, mes affaires, le job… Je me suis effondrée. Ce n’était pas la connerie en elle-même, c’est le fait que j’avais commencé à construire un truc et que tout s’effondrait. Comme quoi, même si tous les coups sont permis, il faut savoir jouer les bonnes cartes.

Source: Lire L’Article Complet