Vendredi 16 juillet 2021, Alain Fischer était l’invité d’Europe 1. L’occasion pour le professeur en immunologie de confirmer que le port du masque reste plus que jamais d’actualité…

Restez informée

Les institutions restent en alerte face à la propagation de la Covid-19. Lundi 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a annoncé que le pass sanitaire serait désormais obligatoire dans les lieux de vie comme les restaurants et les bars. Le chef de l’Etat a ainsi confirmé que le pass sanitaire deviendrait indispensable pour un retour à une vie sociale normale. “Notre pays est confronté à une reprise forte de l’épidémie, qui touche tous les territoires“, a rappelé Emmanuel Macron lors de son allocution, diffusée sur France 2. Pour rappel, le pass sanitaire est le document papier délivré lors de la deuxième injection du vaccin contre la Covid-19, ou en cas de test PCR négatif, réalisé dans les 48 heures.

Autre moyen pour le gouvernement de continuer à limiter l’impact du virus sur la population française : le port du masque. S’il n’est plus obligatoire sur l’ensemble du territoire à l’extérieur, il devrait continuer à être généralisé dans les lieux clos, a confirmé Alain Fischer, vendredi 16 juillet 2021, sur l’antenne d’Europe 1.“Chaque chose en son temps ! À l’extérieur, ok, mais en situation ou vous avez beaucoup de personnes réunies en un même lieu, je pense qu’il faut pour l’instant rester encore prudent…“. Pour l’expert, la vaccination est utile mais doit être complétée par le port du masque, afin de garantir des précautions maximales. “Même si la vaccination est extrêmement efficace, qui l’aurait rêvé il y a un an, néanmoins, ce n’est pas parfait, et je pense qu’il faut encore un petit moment être prudent, garder ces mesures, patienter encore un peu.”

Un port du masque en vigueur pour une période indéterminée

Selon le médecin, il est désormais difficile de donner une date pour la fin du port du masque. “Ça dépend de la circulation du virus, là elle est trop forte… Il m’est difficile de vous donner une date précise…“, a avoué le professeur en immunologie, avant de rappeler que ces efforts ne sont pas vains. “En ce moment, on est dans une phase ascendante (des contaminations, N.D.L.R.), rapide, donc ce n’est vraiment pas le moment (de relâcher, ndlr). Je suis désolé, il faut accepter encore ces contraintes, c’est notre intérêt à tous de ne pas faiblir sur cette question dans l’immédiat”.

Source: Lire L’Article Complet