Le samedi 12 juin, une marche blanche sera organisée en l’honneur de Delphine Jubillar, six mois après sa disparition. L’occasion pour ses collègues, très discrets jusqu’alors, de saluer la mémoire de l’infirmière de 33 ans.

Près de six mois après la disparition de Delphine Jubillar, le mystère reste entier. Le samedi 12 juin, les collègues de l’infirmière de 33 ans organiseront une marche blanche, “pour montrer qu’on ne l’oublie pas, que l’on garde toujours espoir, et qu’elle nous revienne”, lit-on sur une publication Facebook, relayée par La Dépêche ce jeudi 3 juin. Ceux qui travaillaient aux côtés de la jeune femme, au sein de la clinique Claude-Bernard, à Albi (Tarn), sont très affectés par sa disparition, qui remonte à la nuit du 15 au 16 décembre. Ils se réuniront à partir de 14 heures place du Vigan, avant de rejoindre silencieusement, l’établissement de santé aux alentours de 15 heures.

Lors de la première battue organisée par l’entourage de Delphine Jubillar, le 23 décembre, ses collègues avaient évoqué leurs souvenirs, décrivant une jeune femme pleine de vie. “Delphine est une personne souriante, avenante. C’est vraiment quelqu’un d’adorable. On travaille ensemble depuis des années, je me rappelle de soirées de Noël et de réveillons du Nouvel an que l’on a passées ensemble, de garde”, confiait une infirmière, citée par La Dépêche. Et d’ajouter : “Elle est vraiment froussarde. Elle n’osait jamais aller seule dans la réserve au sous-sol, elle demandait toujours qu’on l’accompagne, ou alors que quelqu’un y aille à sa place. Alors sortir toute seule en pleine nuit… Et puis ses enfants, c’était la prunelle de ses yeux, jamais elle ne les abandonnerait.”

Cédric Jubillar : “Certaines personnes disparaissent pendant onze ans”

De son côté, Cédic Jubillar, le mari de Delphine Jubillar, a accepté de s’exprimer auprès des journalistes de 66 Minutes, présents au rassemblement organisé le dimanche 16 mai, sur le parking de la salle des fêtes de Cagnac-les-Mines. Il a ainsi livré sa théorie, par téléphone : “Il y a certaines personnes qui disparaissent pendant onze ans, qui ne donnent pas signe de vie et qui du jour au lendemain réapparaissent et vous disent : ‘Bonjour ! Tout va bien !’ Et elles ont disparu pendant onze ans…” Et de poursuivre : “En tout cas, c’est ce que j’espère. Pour l’instant, j’aimerais comprendre. Je suis comme vous. J’ai plein de questions mais aucune réponse. J’espère du fond du cœur qu’elle est vraiment partie et qu’il ne lui est rien arrivé.”

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet