Dans son édition du vendredi 13 novembre 2020, le magazine ELLE dévoile un sms glaçant envoyé par Jonathann Daval à sa femme Alexia après sa mort. À trois jours du procès, Jonathann, accusé d’avoir tué son épouse, est le principal suspect.

Restez informée

Alexia Daval n’avait pas encore 30 ans quand elle est morte, en octobre 2017. La jeune femme aux 29 printemps ne verra jamais la journée du 28 octobre se lever. Et pour cause : elle a déjà été tuée. Le principal suspect ? Son mari, aujourd’hui accusé de meurtre. Pourquoi Jonathann aurait-il tué sa femme, Alexia ? Pourquoi aurait-il menti à toute sa famille et, devant les caméras, à la France entière… avant d’avouer l’avoir frappée, étranglée et brûlée ? Le procès, qui s’ouvrira le 16 novembre 2020 à Vesoul, tentera de répondre à ces questions. Pour les parents d’Alexia Daval, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, mais aussi pour la France, secouée par ce drame… et par l’attitude de Jonathann Daval.

Le 29 octobre 2017, Jonathann Daval annonce la disparition de sa femme Alexia à la police. Elle ne serait jamais revenue à leur domicile de Gray-la-Ville après un footing, dit-il. Très vite, d’importants moyens sont déployés, des centaines de personnes participent aux recherches. Le 30 octobre, un cadavre est retrouvé calciné dans un bois. Le jour suivant, les parents d’Alexia apprennent qu’il s’agit du corps de leur fille. Après plusieurs mois d’attente, un rebondissement (Jonathann se dédouane un temps en évoquant un “complot familial” avant de revenir sur ses propos), des polémiques et une confrontation capitale avec la famille, le mari d’Alexia confirme ses aveux et raconte le déroulé de cette nuit fatale.

“Oxygène”, “cadavre”… Un vocabulaire employé par Jonathann Daval qui pose question au regard des circonstances du meurtre d’Alexia

Au retour d’une soirée raclette en famille, Jonathann Daval aurait voulu quitter le domicile conjugal pendant une dispute. Alexia l’aurait empêché de sortir, ils se seraient “agrippés.” Jonathann aurait repoussé à plusieurs reprises sa femme contre la rambarde, elle lui aurait “porté des coups, l’aurait mordu et insulté.” Il se justifie : “C’est là que ça m’a mis hors de moi. Tout ce qui s’est accumulé, qui est remonté en même temps. J’ai pété un câble.” L’autopsie donne froid dans le dos : la jeune femme est morte d’une “strangulation manuelle” qui aura duré plus de quatre minutes. Elle aurait reçu entre 5 et 10 coups de poings (une information confirmée par Jonathann Daval) et son visage aurait été frappé contre le mur en béton. Au cours d’une lutte acharnée, ses ongles se seraient même retournés. Le cadavre a ensuite été traîné au sol puis a subi une mise à feu en plusieurs foyers distincts.

En attendant le procès, les parents d’Alexia disent avoir foi en la justice. Aujourd’hui, une phrase glaçante prononcée par leur gendre lors de la marche blanche organisée le 5 novembre 2017, où Jonathann joue le rôle du mari éploré, hante encore les Fouillot. Ce jour-là, alors que personne ne connaît l’identité du meurtrier, le mari de la disparue, encore soutenu par ses beaux-parents, déclare en larmes, devant la foule venue les soutenir : “Alexia était ma première supportrice, mon oxygène.” Une expression qui choque au regard des circonstances de la mort d’Alexia, privée d’oxygène pendant quatre longues minutes jusqu’à en perdre la vie. Vendredi 13 novembre 2020, à trois jours du début du procès, le magazine ELLE dévoile un texto que Jonathann a écrit à Alexia après la mort d’Alexia, dans la matinée du 28 octobre 2017, alors que la jeune femme était déjà décédée depuis près de dix heures. Une fois de plus, Jonathann utilise un vocabulaire pour le moins dérangeant. “Toujours en train de courir ??? Je vais au verre [container, ndlr.] vider les cadavres que tu bois. Lol. Bisous, à tout à l’heure. Je t’aime”, a-t-il écrit. Un message envoyé pour se donner un alibi ? Jonathann Daval reste présumé innocent jusqu’à l’issue du procès. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

A lire aussi : Amber Heard et Johnny Depp : elle dévoile des textos et des clichés accablants

Source: Lire L’Article Complet