Depuis l’annonce du licenciement de trois journalistes du service des sports de France TV, à la suite des révélations de Clémentine Sarlat, les réseaux sociaux sont en ébullition. Une lettre de soutien à un des mis en cause vient de faire trembler Twitter.

Clémentine Sarlat

C’est l’histoire d’une décision forte aux conséquences multiples et aux réactions qui le sont tout autant. Samedi 31 juillet, France Télévisions a confirmé avoir licencié trois de ses journalistes officiants au service des sports, alors qu’un quatrième a reçu un blâme, à la suite d’une enquête interne : Jean-François Laville, Alain Vernon et Pierre-Étienne Léonard ont donc été renvoyés, tandis que Rodolphe Gaudin a reçu un avertissement. Cette décision fait suite aux révélations de Clémentine Sarlat, ancienne co-présentatrice de Stade 2. En avril dernier, la jeune journaliste sportive avait détaillé lors d’un entretien pour le journal L’Équipe le calvaire qu’elle avait vécu en tant que salariée du groupe dirigé par Delphine Ernotte. Victime de harcèlement moral et visée par des remarques déplacées, Clémentine Sarlat avait notamment indiqué qu’elle se rendait sur son lieu de travail “en pleurant”.

“Fusillé pour l’exemple”

Les dispositions prises par le groupe ont été majoritairement saluées, sur les réseaux sociaux et ailleurs, même si certains jugent les sanctions excessives, à l’image d’Estelle Denis. D’autres personnalités se sont posé en soutien des coupables identifiés. C’est le cas de Dominique Le Glou, ancien rédacteur en chef du service des sports de France TV. A la retraite depuis 2012, l’ancien journaliste a écrit une lettre à Alain Vernon, l’un des mis en cause, et celle-ci a été rendue publique par En pleine lucarne, le compte Twitter tenu par Sacha Nokovitch, journaliste médias du groupe L’Equipe. “Toute ta vie tu as lutté contre l’injustice et au soir de ta carrière l’injustice te frappe de plein fouet”, est-il écrit dans la missive à l’endroit d’Alain Vernon. Sur deux pages, Dominique Le Glou apporte un soutien sans faille au journaliste licencié, “fusillé pour l’exemple”, selon l’auteur, qui remet en cause l’enquête interne diligentée par la chaîne. “Trois autres témoignages sont venus t’accabler, rappelle l’ancien rédacteur en chef. Je te connais comme un frère et je sais aussi combien tu peux être maladroit ou provocateur dans tes paroles. Mais lorsque j’ai lu les mots rapportés qui étaient accolés à ton nom dans l’enquête interne j’ai éclaté de rire. “Alain, crois-moi, tu viens d’être fusillé pour l’exemple comme ces braves poilus de 1916 qui avaient pourtant tant donné pour la patrie. Eux l’avaient été par la rudesse des généraux, toi tu l’as été par la décision totalement infondée d’une femme [Delphine Ernotte, NDLR] qui a transformé une juste cause en une décision inique”, ajoute-t-il.

“Dérapage complet”

Une lettre reçue avec consternation par la plupart des utilisateurs de Twitter. “Dominique Le Glou doit être persuadé d’avoir écrit la lettre du siècle alors qu’il passe pour un redoutable tocard”, écrit un internaute, en commentaire de la publication. “Le Glou compare donc Vernon à un Poilu de 1916 “fusillé pour l’exemple”. Dérapage complet de gens qui se croyaient intouchables et tout permis et qui finissent enfin par tomber…”, estime un autre. En effet, ce sont, en particulier, les références à la guerre de 1914 qui ont outré les internautes. Comment peut-on s’indigner de la lutte contre toute forme de harcèlement ?, a fini par conclure une dernière utilisatrice, résumant assez bien la pensée générale sur le réseau social, où les messages de soutien à Clémentine Sarlat continuent d’affluer.

Lettre de Dominique Le Glou (ex rédacteur en chef du service des sports de France TV) à Alain Vernon. pic.twitter.com/HQvaNW6EHG

Peut-on faire plus boomer ? Comment peut-on s’indigner de la lutte contre toute forme de harcèlement ? Gneugneu Gneugneu Gneugneugneu ouin ouin https://t.co/C27Fmyz633

Le Glou compare donc Vernon à un Poilu de 1916 "fusillé pour l'exemple". Dérapage complet de gens qui se croyaient intouchables et tout permis et qui finissent enfin par tomber… Vivement que les rédactions se vident de ce genre de personnes…https://t.co/PzVqGHNI7q

Dominique Leglou doit être persuadé d’avoir ecrit la lettre du siècle alors qu’il passe pour un redoutable tocard.
Merveilleux.

Source: Lire L’Article Complet