Au lendemain du passage de Francis Lalanne dans Touche pas à mon poste, les équipes de Quotidien ont publié un communiqué officiel, dans lequel elles certifient avoir déposé plainte contre le chanteur.

Francis Lalanne

Yann Barthès

C’est l’affaire dont tout le monde parle ces derniers jours. Lundi 7 juin, les équipes de Quotidien avaient annoncé avoir été victimes d’une altercation avec Francis Lalanne deux jours plus tôt, lors des Universités citoyennes d’Avignon. Comme en atteste une vidéo dévoilée par l’émission, le chanteur s’est montré très agressif à l’égard de trois membres de la rédaction, dont le journaliste Paul Larrouturou. Cela ne se voit pas en revanche pas sur les images, mais l’interprète d’On se retrouvera leur aurait également infligé plusieurs coups, ce qui aurait entraîné un traumatisme crânien chez le caméraman. Des accusations dont se défend l’artiste, qui affirme ne pas avoir levé la main sur ses interlocuteurs.

Invité sur le plateau de Touche pas à mon poste ce jeudi 10 juin, il les a même accusés d’avoir mis en scène leur passage aux urgences. “Ils ne sont pas du tout allés à l’UMJ (Unité médico-judiciaire) d’Avignon ! Ils sont restés tranquillement à la fête, ils ont monté toute une espèce de mise en scène où ils sont partis et ensuite revenus. J’ai plein d’images, de photos… On les voit rigoler entre eux, même discuter de ce qu’ils vont faire”, s’est défendu le compagnon d’Alice Poussin.

Quotidien répond à Francis Lalanne

Ayant eu vent des déclarations de Francis Lalanne, les équipes de Quotidien ont réagi dès le lendemain par le biais d’un communiqué, diffusé sur les réseaux sociaux. Dans celui-ci, elles se disent “étonnées” par les propos tenus par le chanteur, et affirment que les journalistes concernés sont bel et bien rentrés sur Paris juste après l’incident. “Ils se sont bien rendus aux Unités médico-judiciaires afin de constater les blessures et traumatismes liés à cette altercation et sont allés déposer plainte auprès du commissariat du 16ème arrondissement de Paris“, est-il écrit.

Il est donc parfaitement faux de prétendre qu’ils bénéficieraient de certificats de complaisance, comme il est absolument ridicule de prétendre qu’aucune plainte n’a été déposée, conclut l’équipe de Quotidien, qui précise avoir également signalé les faits au Procureur de la République de Paris dès le lundi 7 juin. Deux versions qui s’opposent…

Communiqué de #Quotidien pic.twitter.com/LUSWvGskWD

Source: Lire L’Article Complet