Olivier Véran avait reçu sa première injection de vaccin anti-Covid début février dernier. Le ministre de la Santé devenait le premier homme du gouvernement à se faire vacciner à l’AstraZeneca. Pour sa deuxième injection, reçue ce lundi 3 mai, l’homme politique a été vacciné avec un sérum d’un autre laboratoire, le Moderna.

Olivier Véran

Dur dur pour le gouvernement que de mettre en oeuvre la politique vaccinale en France ! Mais en ce début de mois de mai, la cadence semble avoir enfin augmenté pour que la France rattrape son retard sur ses homologues européens. Avec un peu plus de 10% de sa population vaccinée à ce jour, l’Hexagone veut toucher une bonne majorité des adultes de tout âge avant le début de l’été. Pour ce faire, les hommes politiques ont même dû donner de leur personne pour convaincre une population relativement sceptique quant à la pertinence de la vaccination anti-Covid. La première injection anti-Covid d’Olivier Véran avait été très médiatisée et commentée sur les réseaux. Le ministre de la Santé avait incité les Français début janvier à se faire vacciner, tout en précisant qu’il ne le ferait pas pour le moment, car sa tranche d’âge n’était pas encore bénéficiaire. Néanmoins, face à la pression, il était revenu sur ses propos et avait reçu une dose du vaccin AstraZeneca le 8 février dernier.

Olivier Véran fut donc le premier membre du gouvernement à avoir reçu le vaccin par la suite tant décrié. L’AFP nous apprend qu’en ce lundi 3 mai, le ministre a reçu en fin d’après-midi sa seconde injection, mais que cette fois-ci, il s’est fait administer le vaccin Moderna.

Pourquoi un vaccin différent ?

Il va sans dire que les questions affluent sur les raisons de ce changement de laboratoire ! Déjà que l’image de l’AstraZeneca est passablement écornée, ce choix peut sembler bien suspect. Mais la raison de ce changement de sérum a une explication toute logique. Âgé de 41 ans, Olivier Véran s’est fait administrer un vaccin à ARN messager “comme le prévoit la recommandation de la Haute autorité de santé”, a souligné son entourage. Le vaccin AstraZeneca est en effet réservé depuis le 19 mars aux personnes d’au moins 55 ans, en raison de rares cas de thromboses (caillots sanguins) repérés en Europe. Les adultes de 18 à 54 ans qui avaient reçu une première dose d’AstraZeneca avant cette date doivent donc recevoir une deuxième injection de Pfizer ou de Moderna.

Source: Lire L’Article Complet