L’état de santé de Kim Jong-un se serait dégrader. Chang Song-min, un proche de l’ancien président sud coréen Kim Dae-jung a affirmé sur les réseaux sociaux que le dictateur nord-coréen était désormais dans le coma.

Les nouvelles ne sont pas rassurantes concernant Kim Jong-un. Alors que de nombreuses personnes s’interrogent sur son état de santé fragile, le dictateur nord-coréen serait désormais dans le coma. C’est ce qu’affirme Chang Song-min, un proche de l’ancien président sud coréen Kim Dae-jung. Selon une source chinoise citée par cet officiel sud coréen, le leader serait très souffrant. “Je l’estime être dans le coma, mais il est toujours en vie”, a-t-il affirmé sur les réseaux sociaux. Cette rumeur de coma n’a toutefois pas été confirmée par la Corée du Nord.

Ce n’est pas la première que l’état de santé du leader inquiète. Il y a quelques mois, de nombreuses rumeurs sur le leader ont vu le jour sur la toile. Tandis que le dictateur avait disparu pendant plusieurs semaines, le média sud-coréen NK News, spécialisé sur la Corée du Nord, avait annoncé la mort du dictateur. Mais Kim Jong-un s’était finalement montré en public, faisant taire cette fausse rumeur. Les raisons de sa disparition n’ont jamais été expliquées dans la presse.

Il délègue certains de ses pouvoirs à sa soeur

D’après les informations de l’agence d’espionnage sud-coréenne, Kim Jong Un a commencé à déléguer une partie de ses pouvoirs à sa petite sœur, Kim Yo-jong, tandis que cette dernière est perçue comme une héritière potentielle du pouvoir, rapporte la BBC. Mais le dirigeant de la Corée du Nord, qui veut diminuer son niveau de stress, compte bien continuer à diriger d’une main de fer le pays, et exercer “son pouvoir absolu” comme il le fait depuis 2011. Kim Yo-jong devrait donc continuer à jouer un rôle de second plan si l’état du dictateur s’améliore dans les prochaines semaines.

Diplômée en informatique, Kim Yo-jong a été nommée, en 2014, directrice adjointe du département de la propagande. Depuis, elle a été inscrite sur liste noire par les Etats-Unis pour de multiples faits de violations des droits de l’homme. “Elle est une des rares personnes à pouvoir parler librement de tout avec le leader Kim. Elle a probablement une influence bien plus importante que les autres responsables nord-coréens pour ce qui concerne la prise de décision et la coordination politique avec le leader”, expliquait à son sujet un spécialiste sud-coréen à nos confrères de 20 minutes, en 2018.

Crédits photos : ITAR TASS / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet