Comme son père, Alexandre Villeret est passionné de cinéma et a choisi d’en faire son métier. Mais c’est derrière la caméra qu’il s’épanouit. En 2013, il a réalisé son premier long-métrage intitulé En pays cannibale.

Ce lundi 29 juin, France 3 diffuse La soupe aux choux, l’un des films cultes tournés par Jacques Villeret dans les années 80. Après une belle carrière marquée par des films à succès, le comédien décédait en 2005 d’une maladie hépatique laissant, à sa mort, une compagne, Seny, une ex-femme, Irina, ainsi que le fils de cette dernière qu’il avait adopté et élevé. Alexandre a aujourd’hui 43 ans, et a décidé de suivre les traces de son père. Après des études aux États-Unis, où il obtient un diplôme de composition musicale à Berkeley. Il apprend alors le montage, et filme des documentaires et des concerts. Il aurait d’ailleurs pu poursuivre dans cette voie, exauçant ainsi le vœu de Jacques : “Papa a toujours dit qu’il aurait voulu devenir pianiste dans un piano-bar.” Mais il décidé d’évoluer dans l’univers du cinéma. Contrairement à son père adoptif, il a néanmoins choisi d’être derrière la caméra. “Il m’a toujours dit : ‘Fais ce que tu aimes, mais fais le bien !'”, avait-il confié.

Son premier long-métrage

En 33 jours, avec un petit budget de 300 000 euros, Alexandre Villeret a réalisé son premier long-métrage à l’âge 37 ans. Intitulé En pays cannibale, il mettait en scène les 48 heures d’un dealer, errant dans les rues de Paris : “J’ai toujours aimé les personnages en marge, avec des gueules, des cicatrices, mais qui ont une réelle sensibilité”. Face à la carrière impressionnante de Jacques Villeret et des contraintes engendrées par ce rythme de vie effréné, Alexandre avait une vision plutôt négative du métier : “Ayant vu papa répéter à la maison avec une telle précision dans le travail, une telle excellence dans l’exécution, je ne pouvais pas imaginer une seconde devenir acteur” a-t-il raconté. Profondément marqué par la mort de son père dont l’héritage a fait débat pendant plusieurs années, il avait alors confessé : “J’ai encore du mal à revoir ses films”.

Crédits photos : Bestimage

Source: Lire L’Article Complet