Alors que la Trump Organization et son directeur financier ont été inculpés pour fraude, Ivanka Trump aurait de quoi se faire du souci. La fille de Donald Trump pourrait bientôt figurer sur le banc des accusés.

Les ennuis judiciaires de Donald Trump pourraient-ils déteindre sur sa fille préférée ? Le 1er juillet dernier, la Trump Organization et son directeur financier, Allen Weisselberg, ont officiellement été inculpés pour fraude fiscale, à l’issue d’une convocation chez le procureur de Manhattan, Cyrus Vance. Ce dernier enquête depuis plus de deux ans sur de potentielles malversations au sein de la société. En cause ? Les avantages indus accordés par la Trump Organization à son directeur financier, Allen Weisselberg, et d’autres cadres de l’entreprise, depuis 2005. Si Donald Trump se retrouve en première ligne, ses enfants ne devraient pas non plus être épargnés, à l’instar d’Ivanka Trump.

L’ancienne conseillère à la Maison-Blanche pourrait se retrouver devant les tribunaux. C’est en tout cas ce que croit l’ancienne procureure fédérale Cynthia Alksne, interrogée par la chaîne américaine MSNBC. Selon la conseillère juridique, ces premières accusations ne seraient qu’une “salve d’ouverture”. “D’abord, c’est Weisselberg. Mais d’autres personnes sont mentionnées (dans les différents livres de compte frauduleux – NDLR), comme ‘l’individu numéro un’ ou encore ‘la personne X’ (…). Ces personnes sont mentionnées dans l’acte d’accusation. Je m’attends à ce qu’elles soient les prochaines accusées”, a expliqué la juriste. Et d’ajouter : Je concentrerais (l’enquête) sur les enfants.” Un conseil de mauvais augure pour Ivanka Trump, qui a travaillé comme vice-présidente du département “développement et acquisitions” de la Trump Organization.

Ivanka Trump, impliquée dans des fraudes fiscales ?

En novembre dernier, le New York Times révélait que Donald Trump avait réussi à réduire drastiquement la facture fiscale de la Trump Organization. L’astuce ? Entre 2010 et 2018, l’ancien président américain a déduit environ 26 millions de dollars en faisant passer des “honoraires de consultation” comme des frais d’entreprise. Si l’identité des consultants n’a pas été révélée, un nom pourrait figurer parmi eux, celui d’Ivanka Trump. En 2017, elle a notamment déclaré auprès de l’administration fiscale américaine 747 622 dollars d’activités de conseil.

Ces premiers éléments pourraient jouer en défaveur de la fille de Donald Trump, qui avait pourtant pris ses distances avec son père. Si elle n’a pas encore fait l’objet d’accusations, elle semble déjà prendre les devants. Sur Twitter, elle critique la démarche du procureur de Manhattan : “C’est du harcèlement pur et simple. Cette ‘enquête’ des démocrates de New York est motivée à 100 % par la politique, la publicité et la rage”. Loin d’être sereine, l’ancienne conseillère présidentielle pourrait également avoir une mauvaise surprise du côté de sa famille.

A en croire, Michael Cohen, l’ancien avocat de son père, l’ex-chef d’Etat serait prêt à sacrifier sa fille pour sauver sa propre peau. “Il va se retourner contre son comptable et montrer du doigt (…) Il va dire : ‘Don Jr s’est occupé de ça, Ivanka s’est occupée de ça’ (…) ‘Ne me prenez pas. Prenez Melania.’ Il va leur dire de prendre tout le monde sauf lui. C’est juste le genre d’homme qu’il est”, expliquait-il sur MSNBC en mai dernier. Prédiction qu’il a à nouveau formulée sur Twitter, le 4 juillet dernier. Pas de quoi rassurer la principale concernée.

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet