Sera-t-il le candidat “hors système” de la présidentielle ? Si le flou règne autour de ses réelles intentions, Eric Zemmour semble bel et bien se préparer en coulisses. Il peut notamment compter sur le soutien d’une spin doctor issue de l’ENA, Sarah Knafo.

Oui, peut-être, il faut passer à l’action.” Objet de tous les commentaires et autres rumeurs ces derniers mois, la possible candidature d’Eric Zemmour à la présidentielle 2022 ressemble de moins en moins à un fantasme d’une partie de la droite. Comme le prouve cette récente déclaration, le polémiste ne semble presque plus cacher ses envies de politique et d’Elysée. Un grand projet pour lequel, entre deux émissions sur CNews, il plancherait sur une stratégie aux côtés d’une femme bien moins médiatisée : Sarah Knafo.

A 26 ans, l’énarque est convaincue du destin national d’Eric Zemmour. Et pour qu’il aille au bout, la jeune femme ne ménage pas ses efforts : en plus de l’accompagner dans la majorité de ses déplacements, elle organise des rencontres importantes pour l’ex-chroniqueur d’On n’est pas couché. On lui doit son rapprochement avec Marion Maréchal, en co-organisant la Convention de la droite en septembre 2019, ou encore avec Patrick Stefanini, ex-directeur de campagne de François Fillon.

Des réunions à son domicile

Si Sarah Knafo se démène pour jouer les entremetteuses, c’est qu’il manque encore à Eric Zemmour un mouvement structuré indispensable pour briguer l’Elysée. “Elle y croit beaucoup. Quelque part elle est plus déterminée que lui“, estime Louis Hausalter, auteur de Marion Maréchal, le fantasme de la droite, sur BFMTV. La magistrate à la Cour des comptes, décrite comme une “brillante énarque“, n’hésite pas à organiser des réunions à son domicile entre Eric Zemmour et des personnalités de droite, tout en essayant d’attirer de jeunes talents.

Sarah Knafo, auparavant vue aux côtés d’Henri Guaino, avait fait quelques confidences sur son lien singulier avec Eric Zemmour. “En tant que Française israélite, je me reconnais dans son parcours d’assimilation et dans son détachement par rapport à l’identité juive. Je suis de confession juive, mais je me sens de culture chrétienne. Chez moi, Charles Péguy est aussi important que la Torah”, expliquait-elle dans le livre Les nouveaux enfants du siècle en 2016. Arrivera-t-elle à lui ouvrir les portes de l’Elysée ? Certains feront tout pour que cela reste un fantasme.

Crédits photos : JLPPA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet