Disparu le 24 novembre, Christophe Dominici a fait une chute d’une dizaine de mètres au parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Les causes de sa mort sont floues et ne seront peut-être jamais élucidées, a estimé Max Guazzini, ex-patron du Stade Français, sur Non Stop People ce samedi 29 mai.

A propos de


  1. Christophe Dominici

Christophe Dominici s’est-il ôté la vie ou a-t-il été pris d’une bouffée délirante ? Les interrogations entourant la mort de l’ancien rugbyman, disparu le 24 novembre dernier, ne trouveront peut-être jamais de réponse. C’est en tout cas l’avis de son ami, Max Guazzini, invité dans le studio de Non Stop People ce samedi 29 mai. L’ancien président du Stade Français le reconnaît : il ne sait pas “ce qu’il s’est passé”, cette après-midi-là au parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), où le corps de l’ancien joueur du XV de France a été retrouvé. “Je suis allé sur les lieux, c’est incompréhensible, a-t-il raconté dans Good Morning Week-End, tout en affirmant ne pas croire à la thèse du suicide. Et d’ajouter : “On ne saura jamais je crois, le doute subsistera”.

L’annonce de sa mort, après une chute d’une dizaine de mètres, a provoqué une très vive émotion par-delà le monde de l’Ovalie. En 2007, Christophe Dominici s’était confié sur sa dépression, dans sa biographie Bleu à l’âme (Le Cherche-Midi), où il revenait sur ses épreuves et ses blessures. S’il a empilé les réussites professionnelles, l’ancien rugbyman toulonnais a traversé de douloureux obstacles dans sa vie privée, en perdant sa sœur dans un accident de voiture, puis en se séparant de son épouse, en 2000. “Je pense qu’il a été traumatisé par des personnes qui lui ont fait du mal, à Béziers notamment, mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé”, a de son côté évoqué Max Guazzini, en référence à son projet de rachat avorté de l’AS Béziers en 2020.

Il se sentait persécuté

Le flou entourant sa disparition a été quelque peu levé lors de la parution d’une réédition de Bleu à l’âme, en février dernier. Son père, Jean, a signé une préface dont L’Équipe avait dévoilé un extrait. “On t’a retrouvé sur le sol. Mort sur le coup, mais gisant sur le dos, lit-on dans ce texte poignant. Pas face contre terre comme quelqu’un qui se jette volontairement dans le vide. Ton corps n’était pas disloqué, ton visage pas abîmé. Tes ongles seulement semblaient avoir été arrachés, comme si tu avais tenté de te rattraper.” D’après le journal sportif, l’ancien champion de 48 ans, sous traitement pour sa dépression, avait été victime d’une “bouffée délirante” quelques jours avant sa mort. Christophe Dominici aurait été persuadé d’être poursuivi par “des hommes en uniforme et armés”, a révélé un proche du joueur.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet