Bruno Le Maire était l’invité d’Elizabeth Martichoux, dans Les Matins LCI, il en a profité pour donner son avis sur la polémique qui entoure Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a « envie d’emmerder » les Français non-vaccinés. Depuis le 4 janvier, la phrase du président de la République, lors d’un entretien au Parisien, suscite un grand scandale, que l’ensemble de ses opposants ont dénoncé. Alors qu’il était invité sur LCI, ce lundi 10 janvier, Bruno Le Maire est revenu sur ces propos. Face à Elizabeth Martichoux, dans Les Matins de LCI, le ministre de l’Économie a expliqué être en accord avec le Président. « Il ne s’agit pas de cliver mais de mettre chacun devant ses responsabilités. Assez avec les comportements irresponsables ! Il faut que les masques tombent !« , a-t-il précisé.

Selon lui, la réaction d’Emmanuel Macron était nécessaire : « S’il faut des mots forts comme ceux que le Président a employés pour que les masques tombent, utilisons-les. » Le ministre de l’Économie défend Emmanuel Macron sur toute la ligne et lui reste fidèle. « Quand on est président de la République, on a des émotions face à nos interlocuteurs et on utilise les mots qui nous viennent pour exprimer ce que l’on ressent, c’est ce qu’a fait le président de la République. Sur le fond, qu’il y a une poignée de Français qui met en danger l’ensemble de nos compatriotes, ça c’est la réalité. »

🔴🗣️ "Emmerder" les #NonVaccinés : pour @BrunoLeMaire, "il ne s'agit pas de cliver mais de mettre chacun devant ses responsabilités. S'il faut des mots forts comme ceux que le Président a employés pour que les masques tombent, utilisons-les" #LesMatinsLCI | @EliMartichoux. pic.twitter.com/NZClrzbk2t

>> Découvrez les 20 personnalités politiques les plus influentes sur les réseaux sociaux

« Les personnels soignants sont au bord de l’épuisement« 

Bruno Le Maire a également profité de ce sujet pour évoquer la situation des personnels soignants, qui sont « au bord de l’épuisement« . « Ils n’en peuvent plus de voir des irresponsables arriver en service de réanimation et qui disent ‘si j’avais su j’aurais agi différemment’, agissez maintenant !« , s’emporte le ministre, visiblement très remonté. « On connaît tous des gens qui doivent subir une opération qui est toujours reportée. C’est une perte de chance. Vous avez plus de risques d’y passer parce que des gens ont été irresponsables. Je pense que ça justifie des mots clairs, forts et nets comme ceux que le président de la République a employés. »

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture LCI

Autour de

Source: Lire L’Article Complet